29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 18:43

L'EQUATEUR

 

L'Océan est d'un bleu noir le ciel bleu est pâle à côté

La mer se renfle tout autour de l'horizon

On dirait que l'Atlantique va déborder sur le ciel

Tout autour du paquebot c'est une cuve d'outremer pur.

 

Blaise Cendrars

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans "Vu" - Humeurs
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:23

Le chapitre XV du dernier roman de Tahar Ben Jelloun s'ouvre par cette citation de Sacha Guitry :

 

 

"S'il existait une recette infaillible de bonheur conjugal, les humains cesseraient instantanèment de se marier entre eux" (in Donne-moi tes yeux).

 

Les autres sont émaillés, entre autres, d'extraits des Scènes de la vie conjugale d' Ingmar Bergman.

 

 

Vous l'aurez donc compris, le titre est quelque peu ironique...et plutôt que de "bonheur conjugal" il est surtout question de l'horrible réalité quotidienne d'un couple qui ne marche pas et du projet de divorce qui en découle.

 

Extraits de ce diptyque qui laisse successivement la parole à l'homme ("le peintre"), "l'homme qui aimait trop les femmes", puis à sa femme.

 

"Ainsi notre mariage avait mal commencé, a mal continué et s'est mal terminé", résume-t-elle dans sa réponse.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans Actualité littéraire
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 22:37

"A rien. A se laisser raconter par d'autres...Je ne fais pas de théâtre pour dire quelque chose, politique ou autre. Le théâtre n'est pas un moyen mais une fin. Traquer la vie. Et ce qui n'a pas de vrai but est essentiel : ça équilibre l'esprit."

 

Luc Bondy interrogé par Fabienne Pascaud dans Télérama 3269 - 05/09/12


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans "Vu" - Humeurs
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:44

"La conversation est une rencontre d'esprits qui ont des souvenirs et des habitudes différents. Lorsque des esprits se rencontrent, ils ne se limitent pas à échanger des faits : ils les transforment, les remodèlent et en tirent d'autres implications, se lancent dans de nouvelles directions. La conversation ne se contente pas de battre les cartes : elle en crée de nouvelles. Et c'est là ce qui me passionne. De la rencontre de deux esprits naît une étincelle, ce qui m'intéresse vraiment, ce sont les festins de paroles que l'on peut créer à partir de ces étincelles."

 

Théodore Zeldin - De la conversation.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans "Vu" - Humeurs
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 10:17

On peut regretter que la plupart des critiques français soient totalement passés à côté du film.

 

salmon fishing


Adapté du roman de Paul Torday Salmon Fishing in the Yemen, le film, comme le livre, séduit par sa fine analyse des rouages de nos sociétés. En effet, cette fable satirique que l'humour anglais rend aussi désopilante à lire qu'à regarder décrit en fait assez fidèlement la façon dont les décisions sont prises dans le monde actuel en matière d'investissement et de politique étrangère. Le film, bien entendu, rentre moins dans le détail et la finesse de l'analyse que le roman. De même, il est rendu plus léger par la comédie romantique qui lui sert de trame et non d'essence - comme semblent l'avoir cru les critiques hexagonaux....- et diffère de l'intrigue du roman.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans d'Outre-Manche
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 20:03

 

Une fois n'est pas coutume, me voilà plongée dans un ouvrage de « chick'litt » ou littérature girly, un vrai cette fois (contrairement à Eat, Pray and Love et Committed)


Je crois que ce que j'ai préféré, se sont les citations en ouverture de chapitres, pour le moins éclectiques :

 

Des proverbes aux implications philosophiques : juif en tête du chapitre 3 intitulé Lou et Mina, « On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines, et des ailes. » ou encore chinois en tête du chapitre 5 - Hortense - : « Le mariage est comme une place assiégée, ceux qui sont dehors veulent y entrer, et ceux qui sont dedans veulent en sortir »

 

A la franche dérision : « Ma femme a un signe de terre. Moi, j'ai un signe d'eau. Ensemble, on fait de la boue. », Henny Youngman ouvre le chapitre 7 – Rubis- ; « Là où il y a du poil, il y a de la joie », proverbe français en tête du chapitre 8.

 

« Les femmes peuvent simuler un orgasme, mais les hommes peuvent simuler toute une relation amoureuse » Sharon Stone.

  Soiree-sushi.JPG

 

On l'aura compris, l'auteur, Agnès Abecassis me manque ni de culture ni d'humour.

 

Vite lu.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 09:58

To make it short, I am not a big fan....

 

 

A paraître en Europe en février prochain, Sarah Thornhill est la suite du roman à succès, The Secret River*, écrit par l'Australienne Kate Grenville. Celle-ci s'inspire de sa généalogie familiale pour retracer les débuts de l'histoire australienne : l'arrivée des forçats, la société de leurs descendants, les rapports avec les aborigènes, la vision de la Nouvelle Zélande qu'avaient les Australiens de l'époque...A vrai dire, à discuter avec certains Australiens d'aujourd'hui, il semble d'ailleurs qu'elle n'ait pas totalement disparu....

 

 

Sarah-Thornhill.JPG

 

Cette saga familiale se construit autour d'une histoire d'amour rendue impossible par un passé secret. Pour ma part, j'ai trouvé que le style rendait la lecture parfois pénible : un style haché, beaucoup de phrases nominales et de verbes sans sujet. Naturellement, celui-ci vise vraisemblablement à refléter au mieux celui des protagonistes,

 

« None off us had our letters, but you didn't need a book to work out how to count, at least what you had the fingers for »

 

néanmoins, en continu pendant 300 pages, j'ai trouvé ça un peu pénible.

 

En filigrane, une réflexion sur le poids de l'histoire et du passé, ce constat dressé par la narratrice-protagoniste :

 

« I'd lived in a cosy place made out of secrets and lies »

 

résume assez bien la trame du roman,

 

« There was no darkness here, only Dolly Thorhnill bent over the thing inside her »


« But Dick was right, I'd eaten the good food off the cedar table with the double damask cloth. Slept in the soft beds. Sat in the parlour, never asked where any of it come from. »

 

J'ai néanmoins passé un assez bon moment à lire ce roman.

 

 

 

Mise à jour

 

(*)Pour le premier volume de la trilogie, j'ajoute un lien vers un excellent blog sur la littérature australienne, crée après la rédaction de cet article.

voir : http://lekoalalit.wordpress.com/2012/12/04/le-fleuve-secret-the-secret-river-de-kate-grenville/ .

On n'y apprend également qu'une traduction française de Sarah Thornhill sera disponible au printemps 2013.

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans Actualité littéraire
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 20:54

Une antidote efficace à la grisaille : colorier les maisons !

 

coloriesverdelivre.jpg

 

Le titre, nous l'avons emprunté à Alexandre Jardin.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans "Vu" - Humeurs
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 12:10

 

« Ceux qui croient que lire est une fuite sont à l'opposé de la vérité : lire, c'est être mis en présence du réel dans son état le plus concentré – ce qui, bizarrement, est moins effrayant que d'avoir affaire à ses perpétuelles dilutions. »

 

(Antéchrista, Amélie Nothomb)

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com - dans Sur la lecture
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 17:12

 

Merci à celui ou celle qui nous a piqué le nom de domaine !

Repost 0
Published by verdelivre.over-blog.com
commenter cet article